Critique littéraire│The Promised Neverland, T1 – 6.

60003

Titre : The Promised Neverland.

Tome : 1 à 6.

Genre : Shonen.

Synopsis : Emma et ses frères et soeurs, tous orphelins, ont été placés dans un établissement spécialisé lorsqu’ils étaient tout jeunes. Bien que leur liberté soit limitée et que les règles soient parfois un peu strictes, les enfants mènent une vie heureuse à Grace Field House, et la femme nommé « Mère » s’occupe d’eux leur offre tout l’amour qu’une mère pourrait offrir à ses enfants. Mais un soir, après le départ d’une des leurs, Emma et Norman découvrent que les enfants de cet orphelinat sont livrés à des démons, avec le consentement de « Mère ». Pour survivre, ils devront faire preuve d’ingéniosité et tenter de s’échapper.


Note : Coup de .

Mon premier article concerne donc la petite pépite qui vient d’arriver dans le monde du manga, mais aussi de l’anime : The Promised Neverland.

Mon avis pour le manga est vraiment varié. Je lis cette histoire d’abord en manga, puis j’ai craqué et ai finis par lire les scans qui vont aujourd’hui jusqu’au chapitre 123.

Mon personnage préféré est Ray. Il a découvert la vérité sur la ferme alors qu’il n’était qu’un enfant, il a donc tout vécu seul. Emma et Norman sont ses meilleurs amis, mais étant le seul à savoir la vérité, il a dû se sentir si seul. Surtout lorsqu’il voyait d’autre enfant être envoyé en pâture pour ces monstres.

Il a tout gardé pour lui dans l’unique but de berner « Maman » et de se sauver avec ses amis. Bien que l’idée de base est un peu égoïste, parce qu’il voulait uniquement partir avec Emma et Norman… Mais le trio est fait de sorte que ce soit équilibré. Emma est le coeur et l’espoir, tandis que Ray est la force et l’intuition, et enfin Norman est l’intelligence et la douceur.

Quand j’ai commencé à lire le manga, dès le premier chapitre, je suis tombée amoureuse de l’histoire. Déjà parce que j’aime le côté mignon/gore de l’auteur, surtout quand on sait que l’illustratrice est à l’origine, illustratrice de livre pour enfant. Le côté mignon et pure des dessins vient de là et renforce ce côté frappant de l’oeuvre.

 

 

 

C’est à la fois des dessins doux et pour autant, ils peuvent être brute. C’est ce qu’il y a de plus frappant dans l’oeuvre, d’après moi. Juste avant l’histoire.

Parce que bien sûr, l’histoire est tout aussi frappante. La première fois que j’ai entendu parler de ce manga, on m’avait dit quelque chose comme « C’est des orphelins, dans un orphelinat, qui vont découvrir des choses pas très jolies » et de là, je me suis dis que c’était encore une de ces histoires avec des orphelins qui vont découvrir qui sont leur parent ou alors qu’ils ont été abandonné ou bien même, comme avec Mother Caramel : ils sont destinés à être vendu pour être espion… Breeeef. Vous voyez. Mais j’ai coutume de ne jamais me fier à ce genre de chose, donc, j’ai eu envie de découvrir donc j’ai lu le résumé sur internet. Et là : intrigue, mystère, questions… J’avais envie de le lire. J’ai donc demander des avis à des amis et (merci Guy) j’ai acheté les quatre premiers tomes d’un coup. Je les ai dévoré rapidement ! Puis, j’ai attendu jusqu’à la sortie du cinquième tome. Et dès ce moment là, j’ai craqué : j’ai commencé les scans. Je ne pouvais pas attendre la sortie du sixième. Il me fallait découvrir la suite.

A partir des scans, j’ai appris tellement de chose, compris aussi tellement de chose… Que j’en étais toute retournée. Je ne pensais qu’à ça. J’ai lu les scans en deux jours et les suis encore aujourd’hui toutes les semaines pour le nouveau chapitre. Les rebondissements qui vont arriver sont remarquables et pour ceux qui ne lisent pas les scans, vous allez être surpris.

Le premier arc de The Promised Neverland est l’Arc d’Introduction, qui va donc jusqu’au chapitre 9 : il permet d’introduire les personnages, les intrigues et autre mouvement de l’histoire. Cet arc est vraiment intéressant, surtout que c’est là qu’on rencontre le trio et donc qu’on apprend à les connaître. On découvre donc la véritable identité de « Maman », la présence de démons, de trafique d’humains, de la puce implanté en chacun d’eux… Mais surtout, au chapitre 9, il y a l’arrivé d’une nouvelle adulte : Sister Krone, qui deviendra un personnage important pour le début de l’histoire. Kaiu Shirai, l’auteur (ou du moins, son pseudonyme) a dit dans une interview qu’il avait adoré le personnage de Sister Krone et a dit qu’il aimerait trouver un moyen de la faire revenir… À suivre !

Le second arc est l’Arc de l’Évasion, qui s’étant du chapitre 10 au chapitre 37, donc en gros, du tome 2 au tome 5. C’est là que se passe le plus de chose dans ce début d’histoire. Sister Krone aide les enfants à élaborer un plan tout en cherchant à les utiliser à ses fins personnels, mais les autres le savent et l’utilisent aussi… Que de manipulation. Il y a aussi l’introduction de deux personnages qui seront important de là, jusqu’à la fin : Don et Gilda.

Capture d’écran 2019-02-26 à 18.57.38

Puis, il y a aussi l’apparition de William Minerva : la personne emblématique du manga.

Le troisième arc est l’arc de La Forêt du Serment, à partir du chapitre 38 jusqu’au chapitre 52. Là, on découvre la vie à l’extérieur de l’orphelinat et donc, dans le monde des monstres. On rencontre deux personnes réellement importantes pour le futur de l’histoire : Sonju et Musica.

Capture d’écran 2019-02-26 à 19.03.59

Je n’en dirais pas plus sur eux… Parce que sinon, je vais spoil. Après, si certains veulent en parler, je suis bien présente pour ça quand vous voulez !

Le quatrième arc est l’Arc de la Recherche de Minerva, allant du chapitre 53 à 64, d’après moi. Certains sites disent qu’il va jusqu’au chapitre 101, mais pour moi… Non. Enfin, si, mais il comprend un autre arc dedans. Bref… Ici, comme son nom l’indique, c’est surtout centré sur la recherche du personnage de William Minerva. Ils survivent à l’extérieur de l’orphelinat, ont réussi à fuir, et maintenant… Que faire ? William Minerva le sait sûrement.

Donc, le cinquième arc est l’Arc du Terrain de Chasse allant du chapitre 65 jusqu’au chapitre 95. Cet arc est vraiment intéressant, on découvre le véritable côté sombre des monstres, mais aussi leur origine et beaucoup d’autre informations les concernant. On apprend pleins de choses vraiment bouleversante quant à l’histoire en général du manga. Un arc vraiment magnifique que j’ai adoré tout autant que je l’ai détesté tellement il me fendait le coeur des fois.

Et enfin, le dernier arc qui est considéré comme étant l’arc final : l’arc Cuvitidala, qui va du chapitre 96 à la fin. Ici, on retrouve un personnage qu’on n’avait pas revu depuis le début, mais aussi des données importantes quant à l’histoire, quant à l’avancement des choses, mais surtout, quant à la conditions des monstres. On découvre des choses essentielles.

Donc en gros, le manga est une oeuvre sublime qui m’a fait ressentir des millions de sentiments et j’adore le suivre chaque semaine et le relire dès qu’un tome sort. C’est mon coup de coeur de l’année.

Et maintenant, si on doit parler de l’anime… Il n’y a pas grand chose à dire. Il n’est pas encore assez long pour pouvoir se faire un vrai avis dessus. Le début est bien, les voix japonaises sont belles et vont bien aux personnages, les seuls points négatifs sont, pour moi : le retrait du moment de nettoyage de la chambre par maman aux cinq grand dans le chapitre 5, j’ai trouvé que dans le roman c’était un moment important pour montrer que maman est vraiment un personnage stratégique… Le retrait retire l’effet de grandeur de son personnage parce qu’on voit arriver Sister Krone comme ça, sans réellement de préambule. Après, concernant Sister Krone, son « doudou » est vraiment flippant et il n’apparaît pas dans le manga alors je ne comprends pas vraiment son utilité dans l’anime…

Capture d’écran 2019-02-26 à 19.25.17

Et voilà, je crois avoir donné mon avis quant à ce manga, il y a encore d’autre chose à dire, mais je le ferais sûrement dans un autre article concernant uniquement les scans, sinon, je pourrais spoiler ceux qui ne les lisent pas et je trouverais ça dommage.


Note : 5/5. 

floral-1751088_960_720

3 commentaires sur “Critique littéraire│The Promised Neverland, T1 – 6.

  1. Superbe article, je suis aussi fan de la série. L’adaptation animé adapte très bien le manga selon moi.
    Par contre juste petite remarque, fais attention au spoil concernant Conny, certes ça se passe tout au début, mais ça enlève l’effet de surprise. Sinon très bon 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup !
      Concernant Conny j’ai essayé de ne pas trop l’afficher mais d’un autre côté ça montre bien le côté mignon et gore … mais je vais voir pour trouver une autre photo, merci ! ☺️

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s