Critique littéraire │ La jeune fille à la perle, Tracy Chevalier.

couv63706930

Titre : La jeune fille à la perle. ♡

Auteur : Tracy Chevalier.

Éditeur VF : Folio.

Genre : Littérature étrangère – historique.

Synopsis : La jeune et ravissante Griet est engagée comme servante dans la maison du peintre Vermeer. Nous sommes à Delft, au dix-septième siècle, l’âge d’or de la peinture hollandaise. Griet s’occupe du ménage et des six enfants de Vermeer en s’efforçant d’amadouer l’épouse, la belle-mère et la gouvernante, chacune très jalouse de ses prérogatives. Au fil du temps, la douceur, la sensibilité et la vivacité de la jeune fille émeuvent le maître qui l’introduit dans son univers. A mesure que s’affirme leur intimité, le scandale se propage dans la ville… Un roman envoûtant sur la corruption de l’innocence, l’histoire d’un coeur simple sacrifié au bûcher du génie.

 


Avis :

Ce livre n’a pas de réel histoire, de réel intrigue. Je ne suis pas vraiment happée par un mystère que je veux élucider. Pourtant, je n’arrive pas à me détacher des pages, les tournants pour continuer à découvrir comment Griet arrive-t-elle à s’acclimater à cette nouvelle vie, ce nouveau monde qui s’offre à elle.

Griet est une jeune fille douce, un peu naïve et innocente. Pourtant, quelque chose de piquant et de manipulateur s’échappe d’elle. Elle sait comment tirer son épingle du jeu et sait s’immiscer dans ce nouvel univers qu’elle ne connait pas. Palliant parfaitement avec son « ancienne » vie avec sa famille, elle arrive à compléter sa « nouvelle » vie au côté de sa famille-maître.

Afin de financer la vie de sa famille, suite à un accident rendant son père aveugle, elle se fit recruter en tant que servante dans une famille catholique. Étant protestante et dans une ville et un pays protestant, elle ne côtoie pas nombre de catholique, mais finit par s’y adapter.

Son maître est un grand peintre. Il lui permet de vivre avec l’art chaque jours, la faisant découvrir de nouvelle facette de ce métier. Tout ça, s’ajoutant les lessives, la garde des enfants, la cuisine, le nettoyage… Ce n’est pas de tout repos pour Griet, mais elle y arrive parfaitement.

Jusqu’au moment où tout s’enchaîne bien trop vite pour elle, mais surtout : lorsque s’ajoute le désir qu’elle ressent envers son maître. Mais d’un autre côté, il y a Pieter, le fils du boucher qui est si gentil avec elle ! Puis, Cornelia, l’une des enfants qui n’en fait qu’à sa tête et souhaite pousser à bout Griet.

Cette jeune fille d’à peine 16 ans doit prendre sur elle. Nous vivons cette histoire jusqu’à ses 18 ans, puis avec une ellipse de 10 ans pour clôturer le tout. Ce n’est certainement pas un livre rempli de chose incroyable, fantastique ou autre. Non. Mais c’est justement cette simplicité, cette douceur qui en donne tout son poids.

Je ne me suis pas ennuyée une seule fois, j’ai adoré découvrir la vie de Griet, la voir murir, la voir souffrir, la voir douter, la voir désirer. J’ai aimé qu’elle se soit retrouvé elle-même en se perdant et en se battant. J’ai aimé son rôle, son personnage et son importance. Mais surtout, j’ai aimé cette fin. Et tout ça, sur fond de peinture !


Note : 5/5.

Vous pouvez lire d’autre avis ici : ExxlibrisRongeuse de livre, Les lectures d’Audrey, Les découvertes de Dawn, Flobookolic, Les lectures de Gustave le chat, Les pages qui tournent, Romanesquement vôtre, Sir this and lady that, Dans ma bibliothèque, Mon petit salon de thé, Laissez parler les p’tits papiers, Chasing books, La bibliothèque de Lilou, Diane’s Diary, L’accent circonflexe, Les lectures de Cyrlight, Carolesbookins.