L’histoire du livre, 5.

La présentation du livre.

L’imprimerie a connu trois grandes familles de caractères latins : le gothique, le romain, l’italique. Le livre s’affranchit de sa présentation médiévale après 1525.

Le Calendarium de Regiomontanus, imprimé par Erhard Ratdolt à Venise en 1476 est considéré comme le premier imprimé avec une page de titre.

hjh.jpg

La pagination se répand de plus en plus après 1520. La mise en place d’une orthographe normalisée est étroitement liée à l’histoire de l’imprimerie. Dans les années 1530, passage aux caractères romains: il y a l’apparition des accents (aigu, grave, circonflexe), apostrophe, cédille, trait d’union, virgule…

Le commerce du livre et sa production, devient un commerce qui se développe et nourri les idées de la réforme : avec l’affirmation de nouveau métiers grâce à l’imprimerie: typographes, producteurs de livres, vendeurs de livres. La fonction éditoriale n’est pas autonome à cette époque.

Nombre estimé des incunables: 40 000. Le livre de religion reste très important (45% des incunables). L’importance de la production en langue latine ( 77% des incunables).

Le livre en Europe au XVIes (imprécision des chiffres): 75 000 éditions en France, 100 000 en Allemagne, entre 50 et 100 000 en Italie (Venise, Paris et Lyon sont les principaux centres).

Le nombre de livres nouveaux augmente beaucoup à la Renaissance.

A côté d’un commerce local se développe un commerce international.

Il y a aussi et surtout une association des libraires: pour pallier les coûts de l’impression et de l’édition. Mais aussi des nouvelles catégories de vendeurs: les colporteurs (pendant longtemps seule présence livresque dans le monde rural).

Laïcisation de la propriété du livre (de plus en plus les hommes de loi). Et les paysans (90% de la population) ne pouvaient avoir de contact avec le livre que de manière indirecte (nécessité d’un intermédiaire car analphabétisme).

La réforme vient du besoin religieux nouveau d’une religion plus intérieure et personnelle. Tandis que l’imprimerie consacre la cassure de la chrétienté: le clergé perd son rôle d’intermédiaire (le fidèle ayant désormais la possibilité d’aller directement à la parole divine sans médiateur).

Il y a durant ce siècle une réglementation de la production et de la diffusion, avec la fascination que donne le livre. Le contrôle du livre se met en place de manière progressive entre 1520-1560. Avec une mise en place d’une législation qui est une tutelle imposée sur l’industrie du livre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s