À la croisée des mondes, T1 / Philip Pullman.

classique-2


mon avis

Les Royaumes du Nord nous plonge dans une histoire fantasy, au côté de Lyra et de son dæmon Pantalaimon. Encore en âge d’être au collège, nous découvrons en cette petite Lyra un petit caractère farouche, courageuse et curieuse. L’histoire elle-même s’enroule autour de ces atouts-là. Quant à Pantalaimon, nous avons droit à un petit dæmon peureux et légèrement terre-à-terre.

Dès le début, nous découvrons le rôle que jouera Lyra dans toute cette aventure, alors qu’elle-même l’ignore. Afin de la protéger, il ne faudra jamais qu’elle ne le sache, mais elle devra le faire malgré tout. Cette petite aventure par la force de l’instinct prend alors un poids inconsidéré.

Nous rencontrons aussi son oncle, le Lord Asriel et le Maître, qu’on pourrait considérer pour nous comme étant le directeur du Collège Jordan, où est Lyra. Nous découvrons surtout cette crainte et cette haine se trouvant entre ces deux hommes, mais qui ont tous les deux une relation privilégié avec Lyra.

La naissance des Enfourneurs fût un nouveau sujet de discussion, mais est devenu surtout l’une des causes du départ de Lyra dans cette aventure. Les Enfourneurs sont ici des méchants qui emportent des enfants loin de leurs familles, mais personne ne sait ni qui ils sont, ni où ils vont, ni même si les enfants sont encore vivant au bout de deux jours. Pourtant, Lyra n’aurait jamais dû les voir s’approcher tant de sa ville, elle aurait dû juste en entendre parler de loin, mais son meilleur ami Roger finit par se faire enlever par ces Enfourneurs.

L’arrivée de Mme. Coulter nous plonge dans une nouvelle aventure. Lyra quitte Jordan College et devient l’assistante de Mme. Coulter, une femme douce et gentille, érudite et voyageuse. Cette dame est en réalité bien plus mystérieuse qu’on ne peut le croire au début. Se présentant comme étant une femme respectée et respectueuse, nous découvrons au fur et à mesure des choses sur elle qui fait tanguer la définition de la vérité. 

Qui a raison ? Qui a tort ? Qui est méchant ? Qui est gentil ? Mais surtout, en qui Lyra peut-elle faire confiance ? Avec son Aléthiomètre, elle essaiera de découvrir la vérité, mais cela ne sera pas de tout repos. Surtout lorsqu’elle découvrira des brides de son propre passé, du passé de son oncle (doit-elle toujours l’appeler ainsi?) ou même sur l’histoire-même de la Poussière. 

Grâce à la présence des Gitans, Lyra devra reconsidérer tout ce qu’elle croyait savoir, tout ce en qui elle pensait pouvoir avoir confiance, mais aussi et surtout, tout ce qu’elle croyait être, elle-même. Elle devra travailler durement pour se retrouver, pour être sûre de la personne qu’elle est. Heureusement, elle sera toujours à côté de Pantalaimon, son dæmon et surtout, son protecteur et meilleur ami. 

Elle découvrira de nouvelles capacités, de nouvelles forces. En direction du Nord, elle voudra à tout prix sauver les enfants kidnappés, mais au fond d’elle, elle voudrait aussi et surtout sauver Lord Asriel

Après que Lyra offre sa confiance aux Gitans, il est temps qu’elle la donne aussi à Iorek Byrnison, un Panserbjorn, c’est-à-dire un ours avec les facultés humaines, normalement réputé comme étant des mercenaires. 

Ce qu’il faut savoir de cette univers, c’est que chaque Homme a un dæmon. C’est, en quelque sorte, son âme, son coeur. Lorsqu’ils rencontrent des gens n’ayant pas de dæmons avec eux, comme les sorcières, qui peuvent se séparer longtemps des leurs, beaucoup voire tous sont vraiment surpris. À leur naissance, chaque Homme naît aux côtés de leurs dæmons et lorsqu’ils meurent, leur dæmons aussi. Une sorte de lien les unis, et s’ils s’éloignent trop, une énorme souffrance les prend tous les deux. Si l’un prend un coup, l’autre le ressens… C’est une chose vraiment réelle. Alors lorsque Lyra rencontre un garçon enlevé par les Enfourneurs et qu’elle découvre la vérité, quelques chose change.

Le livre s’ensuit dans une folle aventure, nous guidant à travers les villes, les contrés, la neige et l’aurore. Nous découvrons alors au côté de Lyra et de Pantalaimon un aperçu de la vérité sur la Poussière, mais aussi sur ces mondes et univers parallèles que nous offre l’auteur. 

C’est une magnifique histoire avec des personnages attachants, une intrigue prenante et un univers vraiment particulier. L’auteur a su nous bercer durant tout le livre pour nous guider vers un dénouement incroyable et une magnifique passerelle dans la direction du second tome. 

Je recommande ce livre pour tout ceux qui souhaitent découvrir le genre fantastique, mais qui sont malgré tout habitué à lire. Je ne pense pas vraiment qu’un enfant de 10/13 ans puissent s’y retrouver avec les différents noms, lieux qui sont assez complexes en plus du thème principal de l’oeuvre. Pour autant, à partir de 13 ans, le livre pourrait égayer les esprits et l’imaginaire de chacun. 


note 5

Vous pouvez trouver d’autre avis à découvrir ici : La tête dans les livres, La Papote livresque, Flo & Books, Estwinch, L’Antre De Mhiryo, Au-delà des pages

2 commentaires sur “À la croisée des mondes, T1 / Philip Pullman.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s