Critique littéraire │ Jagaaan, T4.

jagaaan 4

Tome précédent │ Tome suivant

Synopsis : Jagasaki a pris la décision de quitter le groupe de Détra-combattants afin de consacrer sa vie à Belle, sa nouvelle petite amie. Mais en plein tête à tête, un incident lui fait redouter l’évolution de sa mutation… Soutenus par les habiles campagnes de communication de Misogi, les Triple H continuent à gagner en popularité. Et tandis que le gouvernement propose une “loi Crapadingue”, le leader prend la tête d’une immense manifestation où la ferveur populaire est à son comble…

mon avis-2
coeur de coeur

Alors que Jagasaki a décidé de quitter le groupe des Triple H, il débute une relation amoureuse pleine de vie avec Belle. Cette relation est ce qui maintient Jagaaan en état de sommeil, mais qui peut le réveiller à tout moment, c’est en quelque sorte à double tranchant.

Mais à côté de ça, Jagasaki découvre aussi et surtout que son détraqué, à l’intérieur de lui-même, la fameuse partie de son Jagaaan, peut s’éveiller indépendamment et agir dans un réflexe. Pour mieux le contrôler, il faudrait surtout qu’il puisse déverser davantage d’émotions et d’envies dans ses pouvoirs, mais pour ça, il faudra d’abord qu’il arrive à les contrôler, eux.

Les Triple H continuent de travailler chacun d’une manière différente. Tandis que l’une décide de devenir une vedette, un autre décide d’ouvrir une chaîne youtube et encore d’autre qui décide d’ouvrir un sorte de séminaire pour parler des détraqueurs.

Ce séminaire permet surtout pour nous, lecteurs, de voir l’intention profonde des Triple H, qui est de créer une société où tout le monde pourra vivre normalement, même s’ils ont des crapadingues dans leur corps. Une société où chaque sentiment, chaque émotions, chaque ressentis sera respecté et accepté. Cette société semble bien trop idyllique pour exister réellement et semble aussi cacher quelque chose de plus profond, de plus sombre.

Alors que cette idée de paix, totalement relative, plane dans le pays tout entier, mais plus particulièrement dans cette ville de Buppa, nous voyons plus de 30 000 personnes manifester contre une idée de loi qui obligerait ceux dont on découvrirait le crapadingue d’être déporté et mis en quarantaine. Cette atteinte aux droits les plus fondamentaux semblent répugner une grande partie des citoyens.

Sauf que ce rassemblement de plusieurs milliers de personnes a permis à Chiharu, un détraqué combattant de jouer un mauvais tour et de lancer des crapadingues au-dessus de la foule, provoquant une réelle tuerie, tout ça : pour son égoïsme et son plaisir personnel.

La fin de ce tome marque une réelle douleur dans mon petit coeur. Se battre pour la justice, la paix, le bonheur du monde entier est une noble cause. Mais égoïstement, se battre pour les autres en s’oubliant soi-même devient triste. À quoi bon se battre si ceux qu’on aime en souffre et en meurt ? Malheureusement, ça peut arriver et cette fin est bouleversante.

Nous voyons aussi et surtout à quel point l’émotion peut provoquer un changement chez les détraqués, même pour les combattants, qui peuvent perdre leur humanité par la simple puissance de leurs sentiments.

Heureusement, ce tome n’a pas eu beaucoup de passage de Roba, ce pervers complètement taré qui me rend extrêmement mal-à-l’aise. Le problème de ce personnage, pour moi, est qu’il est la représentation exacte de toutes les pulsions les plus négatives et mauvaises que chaque humain peut ressentir dans sa vie, mais en bien plus extrême. Il arrive d’avoir envie sexuellement d’une personne, ou de ne pas en aimer une autre, mais dans l’univers de Roba, il est question de viol et de meurtre. Il n’a aucune limite à ses pulsions, ça en devient effrayant.

Ce tome marque à nouveau mon esprit, me faisant réfléchir sur de nombreuses choses qui sont réels, sur la notion de paix, de bonheur, d’amour et de jugement. Il y a de nombreuses choses à en dire, en réalité. Un autre coup de coeur, parce qu’il réveille mon esprit et mon cerveau et me fait cogiter pendant des heures.

Note : 5 sur 5.

Un commentaire sur “Critique littéraire │ Jagaaan, T4.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s