Black Lives Matter │ Books.

Ces derniers jours, le monde entier a été soulevé par un voile d’horreur face à la réalité de la chose. L’Homme blanc cherchera toujours à se sentir supérieur des autres ethnies et cette stupidité d’humanité n’a pas l’impression de comprendre son erreur. Beaucoup trop de personnes ont souffert, beaucoup trop ont perdu la vie, on tout perdu à cause de cette idéologie de la suprématie de l’homme blanc. Le racisme, la discrimination à cause d’une couleur de peau, d’une religion, d’une orientation sexuelle n’a plus lieu d’exister aujourd’hui, en 2020. Ni n’aurait jamais du exister.

Pour cette raison, j’ai décidé de concocter une petite liste de livre qui m’ont marqué pour leur engagement contre le racisme anti-noir notamment ou même pour l’égalité. Malheureusement, je n’en ai pas beaucoup alors si vous en avez d’autre en tête : n’hésitez pas à le commenter et je le rajouterais en bas de l’article avec vos identifiants. J’espère que cette idée vous plaira !

Étant donné que je viens de le lire, je pense immédiatement à Ourika de Claire de Duras, un grand roman du XIXe siècle qui donnera à un lectorat majoritairement féminin et blanc le point de vue d’une jeune fille noire. Synopsis : Retirée de la vente sur le marché des esclaves par le gouverneur du Sénégal qui l’amène à Paris pour l’offrir à une amie, la jeune Africaine Ourika reçoit une bonne éducation. À l’âge de douze ans, elle se rend compte du préjudice que lui suscite sa couleur de peau. Après le mariage de Charles, dont elle est amoureuse, avec une Française, elle se retire au couvent où elle finira par mourir prématurément. Ce roman est un des premiers qui aura mis une jeune femme noire à l’honneur en tant que personnage principal et il deviendra un symbole. J’en ai même fait un petit article.

Lu lorsque j’étais en quatrième, cette saga a su me marquer et je pense même régulièrement à la redécouvrir. Je parle bien sur de la saga Entre chiens et loups de Malorie Blackman. Synopsis : Imaginez un monde. Un monde où tout est noir ou blanc. Où ce qui est noir est riche, puissant et dominant. Où ce qui est blanc est pauvre, opprimé et méprisé. Un monde où les communautés s’affrontent à coups de lois racistes et de bombes. C’est un monde où Callum et Sephy n’ont pas le droit de s’aimer. Car elle est noire et fille de ministre. Et lui blanc et fils d’un rebelle clandestin.

Par la suite, je pensais important de parler de La couleur des sentiments de Kathryn Stockett un grand roman qui aura bouleversé les coeurs. Il permet de découvrir une union entre une bourgeoise blanche et deux bonnes noires, une grande merveille qu’il faut absolument que je découvre. Synopsis : Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L’insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s’enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s’exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu’on n’a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l’ont congédiée. Mais Skeeter, la fille des Phelan, n’est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s’acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l’a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même laisser un mot. Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié; moins encore la toléreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante.

Par la suite, je vous laisse découvrir aussi Fille noire, Fille blanche de Joyce Carol Oates, un roman datant de 2009. Synopsis : Elles se rencontrent au cœur des années soixante-dix, camarades de chambre dans un collège prestigieux où elles entament leur cursus universitaire. Genna Meade, descendante du fondateur du collège, est la fille d’un couple très  » radical chic « , riche, vaguement hippie, opposant à la guerre du Vietnam et résolument à la marge. Minette Swift, fille de pasteur, est une boursière afro-américaine venue d’une école communale de Washington. Nourrie de platitudes libérales, refusant l’idée même du privilège et rongée de culpabilité, Genna essaye sans relâche de se faire pardonner son éducation élitiste et se donne pour devoir de protéger Minette du harassement sournois des autres étudiantes. En sa compagne elle voit moins la personne que la figure symbolique d’une fille noire issue d’un milieu modeste et affrontant l’oppression. Et ce, malgré l’attitude singulièrement déplaisante d’une Minette impérieuse, sarcastique et animée d’un certain fanatisme religieux. La seule religion de Genna, c’est la piété bien intentionnée et, au bout du compte inefficace, des radicaux de l’époque. Ce qui la rend aveugle à la réalité jusqu’à la tragédie finale. Une tragédie que quinze ans – et des vies détruites – plus tard, elle tente de s’expliquer, offrant ainsi une peinture intime et douloureuse des tensions raciales de l’Amérique.

Qui dit lutte contre le racisme, dit forcément Malcolm X. Je vous invite tous à découvrir son roman : Le pouvoir noir, sorti en 2008, il saura faire basculer les coeurs. Synopsis : Malcolm X demeure l’un des plus célèbres militants noirs américains. Devenu l’un des chefs de file du mouvement des Black Muslims, il quitta celui-ci en 1964 pour créer une organisation non religieuse qu’il voulait plus politiquement engagée encore, l’Organisation de l’unité afro-américaine (OUA). Il avait découvert l’importance qu’il y avait à relier le mouvement noir américain à ceux qui ailleurs combattaient la même forme de racisme et d’oppression. A partir de cette période, les prises de position de Malcolm X, ses analyses et ses réflexions, peuvent évoluer très rapidement : ainsi en est-il de ses idées de former une nation noire séparée ou d’organiser le retour en Afrique. En avril 1964, il débute ses grandes tournées en Afrique et au Moyen-Orient dans le but de préparer l’unité des Noirs et d’internationaliser leur lutte pour la liberté. Ce recueil retrace l’itinéraire politique de Malcolm X à partir de sa rupture d’avec les Black Muslims. Il éclaire l’évolution d’un homme profondément sensible, marqué par l’amère condition des siens, mais décidé à en finir – par tous les moyens – avec la ségrégation, la misère et le racisme.

Avec une visée plus sociologique, et plus douce centré sur les enfants et leur compréhension, notamment avec la réalisation qu’on ne nait pas raciste, mais qu’on le devient, je vous propose : Le racisme expliqué à ma fille de Tahar Ben Jelloun. Synopsis : C’est en participant avec sa fille à une manifestation contre un projet de loi sur l’immigration que Tahar Ben Jelloun a eu l’idée d’écrire ce texte. « Je suis parti du principe que la lutte contre le racisme commence avec l’éducation. On peut éduquer des enfants, pas des adultes. » Questionné sur les multiples dimensions du racisme, l’auteur s’emploie à préciser le sens des mots et montre combien « on ne naît pas raciste mais on le devient ». Si la lutte contre le racisme est un réflexe quotidien, elle passe d’abord par le langage, certaines expressions – rire jaune, tête de turc, travail d’arabe – véhiculant des préjugés xénophobes.

Cette petite sélection me plaît plutôt bien et me paraît assez intéressante pour vous la proposer ainsi. J’espère que vous découvrirez des titres, mais aussi que vous m’en ferrez découvrir. N’hésitez pas à commenter des romans qui semblent entrer dans ce thème, je les ajouterais avec plaisir dans l’article.

Black Lives Matter !

Propositions des lecteurs :

L’apprenti Otaku propose :

→ Le film 12 ans dans l’esclavage de Steve McQueen, sorti en 2013. Une adaptation du roman éponyme de Solomon Northup écrit en 1853. « J’ai adoré comment le film traite avec intelligence et finesse de la question de l’esclavage et comment à aucun moment il n’en fait trop. Et porté en plus par les performances exceptionnelles de Chiwetel Ejiofor et Michael Fassbender. » Synopsis : 1841, ville de Washington. Deux hommes abordent Solomon Northup et lui proposent de jouer du violon dans leur cirque itinérant. À peine a-t-il accepté de les suivre qu’il est drogué et enlevé. Son identité est effacée et il est contraint de se présenter comme un esclave de naissance. Pendant douze terribles années, Solomon est vendu de propriété en propriété, travaillant dans les champs de coton ou sur des chantiers de construction en Louisiane. Dormant à même le sol poussiéreux, affamé, fouetté, il est menacé de mort par des maîtres qui le considèrent comme un sous-homme. Seule sa volonté de fer lui permet de ne pas sombrer dans la folie. Car Northup n’a qu’un objectif : survivre pour retrouver sa femme et ses trois enfants. Il ne laisse pas la cruauté le briser, et n’oublie jamais qui il est réellement : un homme prêt à tout pour retrouver sa liberté.

→ Le comics Strange Fruit de Mark Waid et Jeffrey G. Jones ; Synopsis : Chatterlee,1927. Le fleuve Mississipi est en crue et menace de dévaster des villes entières. Des villes qui ont vécu – il n’y a pas si longtemps encore – de la richesse des plantations de coton où l’esclavage était de mise. Un être venu d’ailleurs – aux pouvoirs extraordinaires – descend littéralement du ciel et fait irruption au milieu de cette catastrophe naturelle. Sa peau est noire…

4 commentaires sur “Black Lives Matter │ Books.

  1. Je ne suis pas très calé en romans sur le sujet, mais je ne me suis toujours pas remis du film 12 Years à Slave de Steve McQueen, qui pour le coup est adapté d’un livre qui raconte une histoire vraie.
    J’ai adoré comment le film traite avec intelligence et finesse de la question de l’esclavage et comment à aucun moment il n’en fait trop. Et porté en plus par les performances exceptionnelles de Chiwetel Ejiofor et Michael Fassbender.

    Le comics Strange Fruit est aussi assez sympa, une sorte de relecture non avouée de Superman dans lequel le surhomme est noir.

    Aimé par 1 personne

Répondre à Une fille au chocolat Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s