Critique littéraire │ Percy Jackson, T5.

Tome précédent.

Synopsis : La plupart des gens reçoivent des cadeaux pour leur seizième anniversaire. Moi j’ai eu une prophétie qui pourrait soit sauver notre monde ou soit le détruire. C’est comme ça quand vous êtes le fils de Poséidon, Dieu de la Mer. Selon une ancienne prophétie, d’horribles choses se produiront quand j’aurai seize ans, car je suis le seul à pouvoir décider du destin du monde entier…mais ça va je n’ai pas la pression ! Dans cette aventure, Chronos, Seigneur des Titans, attaque New York, où le Mont Olympe se dresse sans défense. Oh et l’horrible (sans oublier l’énorme) monstre Typhon vient aussi à notre rencontre. Alors la bataille se jouera avec moi et à mes quarante amis sang-mêlé contre le Mal.

Ce cinquième et dernier tome met un peu de temps à se mettre en place. Percy semble être en pleine hésitation entre sa vie d’humain et sa vie de sang-mêlé, comme on peut le voir avec son doute sur Rachel et Annabeth. En soit, être un demi-dieu c’est surtout être demi-quelque-chose. On voit rapidement qu’une réelle question se pose pour lui : qui il est réellement. Bien sûr, il garde en tête que son rôle de combattant est primordial pour la réussite de la guerre, mais un petit quelque chose semble le chambouler.

En plus de ça, c’est comme si l’histoire d’amour qui était pour l’instant assez infime prend de plus en plus d’ampleur et devient même assez incontrôlable. Que ce soit pour Annabeth qui soutient encore Luke, ou même Percy et Rachel qui rend jalouse Annabeth… Bref, l’amour devient un peu lourd pour l’histoire. Aphrodite, il est temps de laisser couler, ma veille !

Le début de l’histoire nous plonge directement dans l’univers mythique sans réel transition. Alors que Percy passait une journée d’été normale avec Rachel, il a fallut juste quelques secondes pour que le monde lui retombe sur les épaules et qu’ils doivent repartir à la chasse aux monstres. Surtout que son plan s’est déroulé tellement facilement que… Que j’ai été un peu agacé.

Je veux dire : Chronos est connu comme un monstre horrible et incontrolable, presque le plus dur à combattre du monde, mais en quelques galipettes et stratagèmes, Percy arrive à s’en tirer les doigts dans le nez ? Même s’il y a eu un mort, je sais et que le combat était censé être intense, dans l’écriture : je n’ai pas ressenti la pression, l’urgence de la situation et ça m’a un peu troublé.

Puis, son retour à la colonie c’est pareil : encore une fois, tout semble un peu dérisoire. C’est comme si l’histoire prenait une tournure un peu perdu. Ce qui m’a le plus agacé ça a été que depuis la fin du quatrième tome où un gros combat avait éclaté : un an se soit écoulé et rien ne s’est produit entre temps. Comme si c’était normal de mettre un an entre chaque combat, à chaque fois.

La suite de l’histoire reste un peu dans la même optique : les combats se déroulent uniquement la nuit, laissant la journée chacun le loisir de se reposer, comme si c’était juste une petite gue-guerre amicale. Je sais bien que Chronos était plus puissant la nuit, qu’il n’était pas vraiment accoutumé aux corps de Luke, mais quand même : un peu de bon sens. Si Chronos ne peut pas se battre, ses serviteurs le peuvent encore.

Je ne dis pas ça dans l’optique où les titans doivent gagner, mais que l’histoire tienne un peu au réalisme : s’ils voulaient gagner, ils auraient pu, et très largement. C’est le seul côté un peu dommage que j’aurais pu donner à l’histoire : son accès au temps et sa frontière avec le réel qui semblaient incohérente.

Pour le reste, l’histoire reste incroyable, les combats bien qu’assez lent : était tous super. Les personnes m’ont tous éblouis, notamment Clarisse encore une fois qui est une vraie guerrière et que j’adore. L’histoire a su me faire voyager et me faire ressentir de nombreux sentiments, mais maintenant : je place les prochaines sagas de Rick Riordan dans ma PAL pour les dévorer un peu plus tard. J’avoue que j’ai fini les 5 tomes de Percy en une semaine et je suis un peu blasée, j’ai besoin de voir autre chose.

Pour ceux et celles qui cherchent une saga intéressante, drôle, émouvante et douce ; avec des aventures mythiques, des personnages divins et de l’humour un peu barré : je vous conseille Percy Jackson. Une vraie merveille. Un vrai délice à lire et à découvrir. J’aurais aimé tomber dessus quand j’étais plus jeune… Mais au moins, c’est chose faite, maintenant.

Note : 5 sur 5.

4 commentaires sur “Critique littéraire │ Percy Jackson, T5.

Répondre à Boa Hancock Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s