Critique littéraire │ Chroniques lunaires, T1 : Cinder.

Tome suivant

Synopsis : À New Beijing, Cinder est une cyborg. Autant dire une paria. Elle partage sa vie entre l’atelier où elle répare des robots et sa famille adoptive. À seize ans, la jeune fille a pour seul horizon les tâches plus ou moins dégradantes qu’elle doit accomplir pour ses sœurs et sa marâtre. Mais le jour où le prince Kai lui apporte son robot de compagnie – son seul ami -, le destin de Cinder prend un tour inattendu. La forte attirance qu’éprouvent le beau prince et la jeune cyborg n’a aucune chance de s’épanouir, surtout que le royaume est menacé par la terrible reine de la Lune ! Débute alors pour Cinder une aventure incroyable, où elle découvrira que le sort de l’humanité est peut-être entre ses mains.

Ce premier tome est une reproduction futuriste de Cendrillon. Si notre jeune blondinette du conte est douce et timide, notre Cinder est tout autre. Elle saura s’imposer avec un caractère de cochon et une folie robotique intéressante. En suivant certains moments emblématiques du compte originel, on suit Cinder qui vit avec deux demi-soeurs, une marâtre, et un androïde de sa construction.

Contrairement au conte, Cinder s’entend bien avec l’une de ses demi-soeurs. Et l’histoire ne tourne pas uniquement autour de Cinder et le prince charmant, mais de bien plus de chose : la létumose, qui est une maladie qui touche les humains et tue en quelques jours seulement. Il y a aussi Levana, la reine lunaire, qui essayera de s’imposer dans la vie des terriens, par la force.

Heureusement, Cinder et Kai tâcheront de se sauver, mais à quel prix ?

Si le début de l’oeuvre est assez difficile, parce que tout un nouvel univers est décrit, dès que les bases sont acquises : c’est comme une lettre à la poste. On finit par s’attacher à Cinder, même si elle est compliquée à cerner : lâche et courageuse à la fois, fragile et insensible en même temps… Elle est un paradoxe en elle-même.

Kai, le prince, saura se démarquer des autres. Si d’habitude je suis amoureuse des garçons de mauvais genre avec un coeur en or, ici, je suis folle du respect et de la douceur que renvoi Kai. Quoi qu’il arrive, il n’est jamais vulgaire, agressif ou odieux, du moins : pas sans raison. Il est courageux, fort et sensible. En gros, il est mon prince.

En suivant Cinder, on réalise bien vite que cette histoire qui paraissait assez impensable au début l’est encore plus. Et le pire ? C’est cette fin de tome qui ne répond pas à la moitié des questions que je me pose. Surtout en partant du principe que le second tome sera tourné sur une autre personne, représentation du Petit-Chaperon-Rouge. Alors, quand aurais-je mes réponses, Cinder ?

C’est mon premier livre de science-fiction, je suis davantage habitué à la fantasy, mais dans cet univers ce n’est pas juste des robots qui se battent en duel comme je l’imagine à chaque fois dans les romans de SF, mais bien une histoire simple et carré. Je peux comprendre l’engouement que j’ai perçu sur cette série que sont les Chroniques Lunaires. Et je suis bien contente de la découvrir !

Note : 4 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s