Critique littéraire │ Les chroniques lunaires, T3 : Cress.

Tome précédent │ Tome suivant →

Synopsis : Cinder et le capitaine Thorne se sont enfuis aux côtés de Scarlet et de Loup. Le groupe rebelle projette de renverser la reine Levana et son armée. Mais, le seul espoir de la résistance réside dans Cress, qui, emprisonnée dans un satellite depuis l’enfance avec ses écrans pour seule compagnie, est devenue un hacker imbattable. Malheureusement, la reine Levana a d’autres projets pour elle, et libérer la jeune fille pourrait bien leur coûter cher…

Le second tome a été mon préféré, après le premier qui a été alourdi par la fatalité de la vie de Cinder. Tandis que le second tournait davantage autour de Scarlet et Loup, mon petit couple d’amoureux préféré, le troisième tome nous présente notre petite Croissant De Lune, Cress. Née lunaire, mais étant une coquille : une personne sans pouvoir lunaire, elle aura été déclaré morte après avoir été donné à l’état lunaire, qui déteste les coquilles.

Pourtant, si ses parents la croyaient morte, notamment son père : elle ne l’était pas. Non, elle a été utilisé dans un but purement politique, mais ça, ce n’est pas à moi de vous le dire. Par contre, je peux vous le dire : la jeune fille a été séquestré dans un satellite depuis près de 7 ans, devenant la pirate de Sybille et la reine Levana. Alors que Cinder avait réussi à la contacter dans le premier tome, elle y arrivera à nouveau ici et provoquera son sauvetage !

Cress va donc rejoindre la petite bande d’ami. Mais tout n’est malheureusement pas si simple. Il ne suffit pas de l’espérer pour l’avoir, surtout dans un monde en guerre. Pour autant, Cress garde énormément de traits de personnalité de la princesse des contes qu’elle incarne : Raiponce. Oui, séquestré par une méchante femme qui l’utilise à des fins personnels : ça lui ressemble bien. Surtout avec ses longs cheveux qui lui arrivent au niveau des mollets : comment les couper quand personne ne lui laisse quoi que ce soit de coupant ?

Bien sûr, nous avons notre beau Flynn Ryder et ce sera Thorne. Thorne, ce petit filou qui s’est échappé de prison avec Cinder, avec son humour décalée et son arrogance bien couvrante. Oui, c’est bien lui. Et en plus de ça, grâce aux talents de pirate de Cress, on découvrira une bonne petite partie de l’enfance de notre Thorne : eh bien, mon petit, tu es un petit bad boy finalement.

Ce qu’il y a d’incroyable dans ce tome, déjà, c’est la relation naissante entre Cress et Thorne, si on ne les voit pas encore en couple, on voit malgré tout leur attachement grandir et une réelle confiance se créait.

Ma seule crainte dans ce tome a été l’élément qui a provoqué le déchirement de la bande : entre l’un ici et les autres à l’autre bout du monde, j’avais vraiment peur de me lacer, surtout que j’avais besoin d’avoir ma petite dose d’amour par-ci, par-là, mais pourtant : cette déchirure aura réussi à faire vivre l’histoire d’une façon encore plus puissante.

On se rapproche de la fin, il ne reste qu’un seul tome pour terminer la série (si on met de côté tous les hors-séries!!) et ça me tarde de voir comment tout ça va se terminer. Ça me paraît évident que Cinder va réussir, mais la question est : comment ? Comment tout ça va se terminer ? Comment vont-ils faire pour être à nouveau tous réunis et surtout : comment vont-ils tenir encore d’être séparé ? Le prochain tome réserve de grande bataille épique et j’ai hâte d’en savoir plus sur la jeune princesse Winter.

Note : 4.5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s