Anonyme, T1.

Tome suivant →

Synopsis : Rien ne sert de fuir, on finit toujours par se faire rattraper par son passé… Takashi vit la meilleure période de sa jeunesse. Il va intégrer l’équipe de base-ball de son collège et la fille qu’il aime, Sasaki, a accepté d’être sa copine. Mais lorsqu’il surprend son professeur abusant d’elle, il intervient à coups de batte. Obligé d’adopter une nouvelle vie ailleurs, la vie reprend son cours. Mais le passé revient le hanter. Un mystérieux informateur décide de mettre tout le monde au courant…

Cette nouvelle série aura su m’intriguer d’abord avec un titre assez ravageur, une couverture marquante et un synopsis intriguant. Quand il est question de chose aussi importante et actuelle comme le viol, le chantage, les agressions sexuelles, j’aime me plonger dans l’histoire et vivre à travers le regard des personnages. Pour ce premier tome, j’ai été servi.

Nous rentrons donc dans la vie de Yui et Takashi. Takashi est un garçon d’ordinaire très simple, gentil, adorable, accueillant et agréable. Quand il tombe amoureuse de Yui Sasaki, au collège, il fera tout pour la fréquenter et lui avouer ses sentiments. Sauf que les choses ne vont pas être aussi simple. Si, au départ, leur relation peut commencer à naître parce que les deux ressentent leur amour réciproquement, ce n’est pas d’avis d’un certain homme.

Ce qui m’a réellement touché dans cette première partie de l’histoire, c’est la force que peut user une personne plus âgée, plus haut gradé ou autre pour soumettre l’inférieur. On voit ici un professeur qui est clairement en dépression, mais qui a la chance d’avoir une élève gentille dans la classe. Sauf qu’il finit par s’imaginer de nombreuses choses, tels que le fait qu’elle est aussi gentille avec lui parce qu’elle l’aime. Ce qui est vraiment marquant ici est la limite entre le bien et le mal : alors que nous savons tous que violer une enfant de treize ans est atroce, pour lui, ce n’est qu’une simple façon de la remercier de sa gentilesse.

Sauf qu’il finit par prendre un malin plaisir à l’accaparer. Dès lors que la relation entre Yui et Takashi commence, le professeur se sent évincer et attaque Yui bien plus fort. La dépression est ici perçu de différentes façon, entre celle du professeur qui s’opère en détruisant les autres, et celle de Yui qui s’auto-détruit en gardant ce traumatisme pour elle.

Quand Takashi surprend le professeur violer Yui, la rage l’envahit et, à coup de batte, il finit par le tuer. Tout cela créée une horrible situation où Takashi devient le méchant, où il devient le meurtrier d’un pauvre professeur de collège qui n’avait jamais rien fait de mal. Il se retrouve aussitôt coincé dans un rôle de personne à pointer du doigt. Pour reprendre sa vie en main, il est obligé de quitter son collège et se faire interner.

D’un autre côté, tout aurait été plus simple si Yui avait avoué la raison de ce drame, mais la pauvre était bien trop traumatisé pour ça. Alors, quand Takashi retrouve sa liberté et entre au lycée, tout bascule à cause d’un tweet le dénonçant et avouant à tous les élèves qui est ce petit nouveau. De là, l’histoire peut enfin commencer.

Ce premier tome a été plein d’émotion, entre rage et tristesse, j’ai vraiment apprécié chaque page, chaque mots, chaque échange. J’ai adoré l’univers particulier et l’importance du thème. Pour tous les amateurs de grandes émotions, je vous le recommande à cent pour-cent.

Note : 5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s