Un palais d’épines et de roses, T4 : Un Palais de flammes d’argent.

Tome précédent.

Synopsis : Une année s’est écoulée depuis la fin des affrontements qui ont ébranlé Prythian. Mais bouleversée par les horreurs de la guerre et incapable de s’habituer à sa vie de Fae, Nesta ne se sent à sa place nulle part. Elle s’enfonce dans une spirale destructrice et refuse l’aide qu’on lui propose. Surtout celle de Cassian, avec qui elle est obligée de s’entraîner au combat, et à l’égard duquel elle nourrit des sentiments… ambigus. Pourtant, quand la menace d’un nouveau conflit obscurcit l’horizon, Nesta doit accepter d’affronter ses propres démons. Car elle n’est pas une Fae comme les autres. Transformée par le Chaudron lui-même, elle possède des pouvoirs indispensables à la survie de la Cour de la Nuit…

L’histoire de Feyre et Rhys est terminée, mais ce nouveau tome nous plonge dans la vie de Nesta et Cassian. Ici, tout n’est plus aussi simple : le point de vue devient externe, nous suivons Nesta dans ses tréfonds et découvrons davantage sur le personnage de Cassian. Après avoir vu Nesta pendant presque deux tomes dans une dépression, nous découvrons ses vrais sentiments et découvrons ce qu’elle a pu vivre dans le chaudron, mais pas seulement : les conséquences que tout ces changements ont opéré en elle.

Je n’ai jamais détesté le personnage de Nesta, même lorsqu’elle était horripilante dans les tomes précédents et je suis plutôt heureuse de la découvrir de l’intérieur, de voir qui elle est vraiment et d’arrêter de la voir à travers le regard de Feyre. Je trouve que de nombreuses fois, Feyre a installé une sorte de pitié et de colère contre sa soeur et dans ce nouveau tome, je comprends encore davantage les réactions de Nesta dans sa nouvelle vie.

Elle est égoïste, égocentrique, sans-coeur, sans-gêne… Mais elle a aussi vécu des choses qui l’ont bouleversé et elle mérite de tester ses limites pour reprendre sa vie en main. Je n’excuse pas ses réactions, je l’ai même trouvé agaçante après certaines surtout concernant Elaine, mais pourtant, je n’ai jamais réussi à la détester pour ce qu’elle a pu penser et faire. Et puis, j’aime bien son côté tout feu, tout flamme : elle boit, elle couche, elle vit une vie de débauche pleine de détresse et de tristesse ; mais dans ce tome, elle devra trouver une nouvelle façon de gérer ses émotions et ses pouvoirs.

Tout le long de l’ouvrage, nous voyons pratiquement tous les personnages évoluer, notamment avec des nouveaux qui apparaissent et qui ont le mérite de me faire fondre. Gwyn et Emerie deviennent des personnes que j’ai vraiment, vraiment, aimé découvrir. Elles ont toutes les deux un passé qui est raconté avec une telle franchise et intensité que j’en ai lâché des larmes. Gwyn est douce, traumatisée et honnête, tandis que Emerie est franche, audacieuse et combative.

Bien sûr, au fur et à mesure, ces deux personnages prennent davantage de qualité encore : déjà qu’elles en avaient, je vous laisse imaginer combien elles sont incroyables à la fin de l’histoire ! Tellement que lorsque j’ai fermé les pages du livre, ce n’était pas seulement Nesta et Cassian qui allaient me manquer, mais bien elles aussi. Elles ont formé un tel trio amical que j’en ai rêvé d’un aussi.

Ce tome change des précédents, déjà parce que Feyre et Nesta n’ont rien à voir, mais aussi et surtout parce qu’il y avait une emprise psychologique plus intense et fondée dans celui-ci. Il n’était pas vraiment concerné par les guerres, la paix d’une cour ou d’autre, mais par la remise en question intérieur de Nesta et une découverte intime des personnages. Nous n’étions pas centrés sur Nesta et Cassian, mais sur tout ce qui les entourait.

C’est sûrement aussi l’énonciation de ce tome qui a donné un déroulé différent. Lire à la troisième personne change le point de vue du lecteur et nous laisse la possibilité de voir à travers un regard plus large : même s’il reste centré sur les deux personnages principaux, on y découvre encore bien d’autre chose qui les entoure.

Le rôle de la femme est aussi bien mis en avant dans ce tome. Si on avait déjà vu le féminisme dans les précédents tomes au travers de Feyre et de Rhysand, ici, c’est encore plus fort et présent. Ce n’est pas simplement une caresse, mais une vraie tape dans l’épaule du lecteur : la femme prend une place importante pour la consolidation et la résolution de l’histoire. Pas seulement Nesta, mais toutes celles qu’elle accompagne chaque matin.

C’est donc sans surprise que ce tome m’aura bouleversé et que je l’ai adoré. Que ce soit Nesta et sa psychologie, Cassian et sa fougue ou bien tous les autres personnages secondaires… Ça a été un réel plaisir de les découvrir d’un point de vue différent des quatre premiers tomes. J’ai aussi énormément apprécié de voir la relation de Feyre et Rhys continuer et s’intensifier… Me briser le coeur, puis me faire pleurer.

Bref, ce tome fut un vrai coup de coeur et je suis tombée amoureuse de Cassian. Encore, encore, et encore. Maintenant, reste à savoir s’il y aura un nouveau tome de cette merveilleuse série… Et pourquoi pas, du point de vue d’Azriel ?

Note : 5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s