Breaking the ice.

Synopsis : Transgresser les règles n’a jamais été aussi tentant. Paige a enfin réalisé le rêve de toute sa vie : elle intègre le staff médical des Rangers, la célèbre équipe de hockey new-yorkaise. Passé le choc de soigner les superstars qu’elle voyait habituellement à la télé, la jeune femme profite à fond de cette nouvelle vie. Tout est parfait sauf côté cœur, car là, c’est plutôt le désastre ! Mais Paige refuse d’y penser : elle a trop de boulot et, au travail, son contrat lui interdit de sortir avec un collègue ou un joueur. Et c’est mieux comme ça. Enfin, ça, c’était avant l’arrivée de Soren Pettersen dans l’équipe des Rangers… Ce dernier est beau, talentueux, mystérieux, sexy… et Paige n’est pas prête du tout à lui faire des massages tout en restant professionnelle ! Pour préserver leur carrière, il leur est impossible de craquer. Un seul mot d’ordre : respecter les règles. Mais les transgresser n’a jamais été aussi tentant !

J’ai vu dans une vidéo une recommandation pour ce roman : vous aimez les hommes respectueux qui aiment les filles rondes, qui sont intéressants et attachants ? Bien sûr, j’ai sauté sur l’occasion. J’aime les mauvais garçons (plus que je ne pourrais jamais l’avouer), mais un peu de tendresse et de douceur fait du bien aussi dans la vie.

Dès le début de l’histoire j’ai eu l’impression d’être… Plongée dans un wattpad cliché de l’année de mon collège. À la limite du skyblog. Bon, d’accord, j’ai bien aimé l’histoire, elle était simple à lire et sans prise de tête. Une légère intrigue par-ci, une petite aventure par-là, c’était intéressant de voir comment leur couple a pu grandir au fur et à mesure des pages.

Mais le personnage de Paige m’a agacé assez rapidement. Elle se revendique femme accomplie et forte pour se rassurer tout le long du roman, mais au moindre inconvénient, elle se met à chialer en utilisant ses rondeurs comme excuse. Je n’aime pas du tout la victimisation qu’elle utilise. Autant que je n’ai pas aimé le rôle que l’autrice lui a donné.

Je suis pour mettre des personnages de toute morphologie en premier plan, j’adore même ça : que ce soit les rondeurs, les cicatrices, les handicaps ou autre ; je trouve ça incroyable de vivre une nouvelle histoire dans un corps différent à chaque fois. Et je peux comprendre la haine qu’on peut ressentir à son corps, mais ce roman m’a donné l’impression que Paige finissait par s’aimer uniquement grâce à Soren.

Elle n’aimait pas son corps pour elle-même, elle ne s’acceptait pas à force de travail sur soi, non. Dès lors que Soren lui donnait de l’attention et la complimentait, elle se pavanait comme si la simple acceptation d’un homme pouvait retirer toute une vie de haine et de dégoût contre soi-même. Je n’ai pas aimé ça.

D’un autre côté, retirant tout ça, j’ai beaucoup aimé les autres personnages : Soren m’a souvent agacé à vouloir cacher et protéger les autres, comme s’il était le parrain de la mafia et qu’il devait mentir pour sauver ceux qu’il aime ; j’ai beaucoup aimé Emma, sa meilleure amie, même si à certains moments je n’ai pas compris ses réactions démesurées et idiote ; et j’ai aussi beaucoup aimé Thomas.

En soit, l’histoire n’était pas nul à découvrir : j’ai rigolé, j’ai souri et j’ai aimé découvrir leur histoire. Mais en arrivant à la fin, j’étais plus heureuse qu’en le commençant. J’avais hâte de le terminer et de pouvoir lire un nouveau livre qui me ferait rêver plus que celui-ci. Ce n’est pas une déception en soit, parce que je ne m’attends à rien, mais pas un coup de coeur pour autant.

Note : 3 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s