Losing It, T1 : Ce si joli trouble.

Tome suivant →

Synopsis : Ce soir, veille de sa rentrée en cursus théâtre à l’Universtité, Bliss Edward, toujours vierge, a décidé de passer à l’acte. La chance semble être de son côté puisque, dans un bar, elle fait la connaissance du très séduisant Garrick. Entre eux, le courant passe aussitôt. Sensible et attentionné, Garrick semble être le candidat idéal pour une première fois. Mais au dernier moment, alors que le plus dur est fait, Bliss est prise de panique et s’enfuit. L’histoire aurait pu rester sans suite, et l’humiliation vite oubliée, si le lendemain, Bliss n’était retombée sur lui, qui n’est autre que son nouveau prof de comédie… Manifestement, Bliss devra attendre un peu avant sa première fois…

J’ai lu ce roman il y a quelques années déjà, quand j’étais au collège et que j’avais besoin d’amour. Dans cette histoire, nous plongeons au coeur d’une relation impossible entre une élève et son professeur, mais pas seulement. Ce n’est pas vraiment ce côté là qui m’a tout de suite plu : la plume de l’auteur est douce, l’histoire est toujours entraîné par une action complètement ridicule qui ajoute de l’humour et peut-être aussi imaginer l’accent Bri’ish de Garrick. Ça, c’est mon petit plaisir personnel.

Si je l’avais adoré quand j’étais plus jeune, je suis agréablement surprise d’avoir toujours apprécié ce roman aujourd’hui. Bien sûr, j’ai trouvé certains passages un peu gros et des réactions un peu rapide pour une histoire qui pourrait briser la vie des deux personnages, mais je me rappelle aussi que c’est un roman qui date un peu et qu’il ne peut pas être parfait.

Le personnage de Bliss me régale. Elle est maladroite, ridicule, gentille, drôle et pourtant têtu. Elle n’est clairement pas parfaite et c’est ce que j’adore. J’avais le souvenir que Cora Carmack glissait du réalisme dans ses personnages : ils ne sont pas forcément parfait, ils ne sont pas toujours sexy et prêt à trouver l’amour ou à coucher avec un autre en trois pages. Il y a un certain degrés de réalisme que j’aime beaucoup dans ce roman.

Je suis habituée au brun ténébreux, arrogant et bien vulgaire, alors me retrouver devant un Garrick avec son accent anglais et ses citations de théâtre en vieux français en plein milieu de l’histoire, ça m’a un peu dérouté au départ. Pourtant, j’ai malgré tout adoré son rôle et son personnage. Même si, encore une fois, il n’est pas parfait, je l’ai trouvé super.

Peut-être que c’est la relation Bliss/Garrick que j’ai aussi trouvé aussi mignonne, comme s’ils étaient fait pour être ensemble. Mais pourtant, j’ai trouvé que l’histoire avançait trop vite, que les sentiments s’installaient sans rien demander de plus qu’un défilement de page et non pas une raison valable de tomber amoureux. Mais peu importe.

Ce fut une belle lecture, le temps d’une soirée, où j’ai apprécié les personnages, l’atmosphère du théâtre, une bande d’amie et un interdit. C’était agréable de replonger dans ce livre que j’avais déjà lu, mais il y a tellement d’année ! Pour retrouver ce dont je me rappelais (beaucoup) et voir ce qui avait changé dans mon esprit de femme plus mature et qui connaît ce qu’est une relation amoureuse aujourd’hui.

Note : 3.5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s