L’as de coeur.

Synopsis : S’il y a bien une chose que Rose et Levi ont en commun, autre qu’un passé sombre, c’est le poker. Elle est née avec un don ; il a passé sa vie à dépouiller les casinos du monde entier pour un jour devenir le meilleur. Arrivé à son apogée, un seul obstacle se dresse devant lui : Tito Ferragni, sa némésis de toujours. Si son honneur lui a jusqu’ici évité de révéler au public les nombreuses tricheries de Tito, Levi refuse de se laisser faire plus longtemps. Cette année, un seul homme remportera le Tournoi Mondial de Poker, et ce sera lui. Pour cela, il fait appel à Rose, un détecteur de mensonges sur pattes en recherche d’argent facile. Capable d’affirmer qui bluffe et qui dit la vérité, elle accepte de devenir son arme secrète. Mais si Levi refuse de se laisser distraire par l’attirance qu’il ressent envers elle, Rose compte bien lui rendre la tâche difficile. Entre vengeance, mensonges et secrets, tout devient possible à Las Vegas…

Depuis des mois, je vois ce titre passer partout, tout autant que le nom de l’autrice. Alors, j’ai enfin sauté le pas et j’ai commencé à lire l’As de coeur, de Morgane Moncomble. Quatre cent pages de romances, avec de la stratégie, des mensonges, des personnages farfelus et un humour qui m’a fait bien rigolé.

Dès le début, j’ai beaucoup aimé les personnages : Rose est courageuse, forte, arrogante, sûre d’elle, pleine de spontanéité. Elle n’aime pas être surprise et, grâce à des atouts psychologiques, elle sait appréhender la vie comme elle vient et la manipuler pour son propre bonheur. Ce genre de personnalité un peu bancal, ça, j’adore.

Et à côté de ça, nous avons Levi, un homme fort, brut, dur, pourtant si doux, si ouvert, si brisé aussi. Il n’est pas simplement l’archétype du mauvais garçon pour faire plaisir et rougir, mais il se bat chaque jour pour prouver ce qu’il vaut, tout en admettant ses faiblesses, ce qui le rend souvent plus fort encore. Il n’a pas besoin d’écraser pour montrer qui il est.

Du moins, pas tant qu’il ne s’agit pas de Tito, son ennemi. Celui qui a brisé sa vie, sa famille, qui lui a tout retiré. Et contre qui il se bat depuis des années pour lui rendre la pareille. Alors, c’est cette année ou rien : Levi va gagner le tournoi et devenir maître du monde de poker. Et pour ça, quand il rencontre par coïncidence Rose, il découvre en elle un atout non négligeable pour gagner.

Je pourrais dire que ce roman aura été un coeur de coeur, que j’en suis tombée folle, que je n’arrive plus à… mais ce serait édulcorer la vérité. Évidemment, j’ai beaucoup apprécié ma lecture : ce fut fluide, la plume de l’autrice m’a transporté, m’a donné envie (vraiment envie) de découvrir le poker (à mes risques et périls, et de tomber sur un fameux joueur russe tatoué), c’était un bon moment j’ai passé devant ce roman, vraiment.

Mais, il y a eu certains moments où je n’ai pas compris les rebondissements : ils arrivaient soudainement, sans vraiment avoir été prévu à l’avance, sans qu’on ne se doute de rien, sans qu’il n’y ai d’information qui le prouve. C’est comme si, en plein milieu d’un roman, on découvre qu’un personnage est enceinte, sans que jamais depuis le début il n’y ai aucune référence à son ventre rond, à ses symptômes, à une moindre relation sexuelle. (Non, ne vous inquiétez pas, personne ne tombe enceinte dans ce roman !! c’était un simple exemple.)

Bien sûr, j’aime les rebondissements, les surprises, le suspense, mais je trouve que ça perd beaucoup de son charme quand il n’y a pas préparation au préalable. On ne peut pas lâcher une bombe au chapitre 18 (au hasard, ne cherchez pas), quelque chose qui change tout, comme si c’était une évidence qui bouleversait le cours de l’histoire, sans que dans les 17 premiers chapitres il n’y en ai aucune référence. De près ou de loin. C’est un peu troublant et frustrant.

Alors, oui, c’est simplement personnelle ! Parce que, pour le reste, j’ai beaucoup aimé l’histoire et les personnages. Les bagages émotionnels de chacun m’a vraiment touché et j’avais envie de les voir réussir, de les voir s’en sortir, de les voir heureux. Et d’autant plus quand on voit un véritable cheminement de pensé chez chacun d’eux : ce n’est pas tout blanc, ou tout noir, (n’est-ce pas, Levi), mais il y a un nuancier de gris qui change tout. Et j’ai beaucoup apprécié.

Ce fut une romance simple et agréable à découvrir, avec une histoire dans un nouvel univers qu’est le poker que je ne connaissais pas, avec des personnages encore une fois intéressant et intense, une relation ennemis to lovers comme on peut les aimer et des caractères bien trempé. Maintenant, j’ai hâte de voir le tome sur Thomas, L’as de pique, qui sort en septembre !

Note : 3.5 sur 5.

2 commentaires sur “L’as de coeur.

Répondre à Boa Hancock Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s