Hadès & Perséphone, T1 : A touch of darkness.

Tome suivant →

Synopsis : Perséphone n’est la déesse du printemps qu’en titre. Depuis qu’elle est toute petite, les fleurs se ratatinent à son contact. Après s’ être installée à New Athens, elle espérait mener une vie discrète, dans la peau d’une journaliste mortelle. Tout change lorsqu’elle s’assied dans une boîte de nuit clandestine pour jouer une partie de cartes avec un étranger hypnotique et mystérieux. Hadès, le dieu des morts, a bâti un empire du jeu dans le monde des mortels et ses paris favoris sont réputés impossibles. Mais rien ne l’a jamais intrigué autant que la déesse qui lui offre une aubaine laquelle il ne peut résister. Après sa rencontre avec Hadès, Perséphone se retrouve liée par un contrat avec le Dieu des morts, et ses conditions sont impossibles : Perséphone doit créer la vie dans le monde souterrain ou perdre sa liberté à jamais. Le pari ne se limite cependant pas à exposer l’échec de Perséphone en tant que déesse. Alors qu’elle s’efforce de semer les graines de sa liberté, son amour pour le Dieu des ténèbres grandit – un amour à la fois envoutant et interdit.

Après des mois et des mois (j’abuse), j’ai fini par me laisser tenter par ce roman dont tout le monde parle sur les réseaux sociaux. J’aime la mythologie grecque, alors je me suis dit que c’était le bon moment pour me laisser tomber dans cet univers qui, d’après de nombreuses personnes, était aussi chaud que génial. Et ça, j’adore.

Au début, me retrouver face à un personnage comme Perséphone, une déesse qui se cache dans l’univers des mortels, j’ai trouvé l’idée vraiment intéressantes. Dans un monde où les dieux et déesses de la mythologie sont en réalité bien vivant et bien ancré dans la société, c’était une nouveauté. D’autant plus que c’est dans notre société actuelle ! Et ça, ça change et j’adore.

Perséphone est une jeune déesse qui veut vivre normalement, qui veut avoir des études et être indépendante, loin de sa mère et de sa prison dorée. En réalité, Peséphone se bat tellement, c’est surtout parce qu’elle n’a aucun pouvoir. Ses pouvoirs ne se sont pas réveillés et elle se retrouve à devoir demander à sa mère de l’aider quand elle doit cacher sa divinité… Et elle déteste être dépendante d’une autre personne.

Légèrement rebelle sur les bords, malgré la promesse faite à sa mère de ne pas s’approcher des autres dieux de sa ville, elle se laisse traîner par sa meilleure amie Lexa jusqu’en boîte de nuit. Pas n’importe laquelle ! Celle de Hadès, dieu des Enfers et véritable inconnu des médias. Il aime sa tranquillité, du moins, il déteste être pris en photo. Alors, lorsqu’elle tombe sur le plus belle homme qu’elle n’a jamais vu… Perséphone ne sait pas qu’il s’agit du dieu des Enfers. Alors, sans le vouloir, elle débute un contrat avec lui.

De là, tout s’enchaîne assez vite et on retrouve Perséphone et Hadès souvent fourrés ensemble. Si j’ai beaucoup aimé l’idée originale de l’histoire, avec la mythologie et les dieux et déesses… Je me suis rapidement retrouvée à soupirer. Il y a des incohérences, des moments assez niais et cliché, et beaucoup, beaucoup, beaucoup trop de sexe. Venant de moi, c’est pratiquement impossible, mais c’est le cas : j’aime lorsque le sexe est utilisé dans le couple pour se rapprocher, pour se comprendre, ou bien pour découvrir des choses, mais là… En plein milieu d’une conversation, Perséphone l’escalade et en moins d’une seconde, ils couchent ensemble. Ça manque clairement de réalisme.

Même si j’ai apprécié cette lecture, je n’ai pas été transporté et transcandé, ce que je trouve vraiment dommage parce que j’aime le thème et l’histoire. De toute façon, quand il s’agit du dieu des Enfers, moi qui aime les hommes sombres… Je ne pourrais qu’aimer. En soit, j’ai bien aimé les personnages : Hadès est fort, sombre, drôle, attachant et j’ai aimé le découvrir, autant que Perséphone. Mais l’histoire a été trop rapide, trop cliché et je me demande vraiment ce qu’il pourrait y avoir dans les deux prochains tomes.

En réalité, en terminant ce premier tome, je me suis dit que ça aurait pu suffire. L’histoire s’était conclu sur une note positive et je ne vois pas vraiment ce qui mériterait de continuer, du moins, dans deux chapitres entiers. Il y a des questions qui ont encore besoin de réponses, mais deux tomes ? Vraiment ? C’est peut-être trop.

Note : 3.5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s